BEAUTÉ / BIEN-ÊTRE

Mon cheminement concernant les menstruations (règles)

Depuis mon adolescence, lors de mes périodes de règles, je portais les classiques serviettes et tampons jetables. Comme la plupart des filles, j’ai suivi les conseils de ma maman, sans trop réfléchir. J’ai commencé par les serviettes puis plus tard les tampons, qui étaient plus pratiques au collège. Du moins c’est ce que je pensais. Vers mes 22 ans, j’ai commencé à me renseigner d’avantage sur le sujet et j’ai alors découvert l’envers du décor. Auparavant, je ne m’étais jamais questionnée sur les impacts de cette pratique. Oui, tu as bien lu, LES impacts.

Je vais essayer de t’expliquer mon cheminement, ma réflexion qui ont été à l’origine d’un changement profond durant cette période du mois.



L’aspect santé

Composition

Loin d’être clean on retrouve dans les protections jetables tout un tas de choses…

Notamment, il y a du chlore qui est utilisé pour blanchir les protections. Composées (entre autres) de viscose (permettant une bonne absorption des liquides), lorsque ce dernier entre en contact avec le chlore : une substance se forme, c’est la dioxine !
Viscose + Chlore = Dioxine. Ayant un potentiel toxique très élevé, c’est un véritable poison au vu des nombreuses répercutions sur la santé des femmes.

Du glyphosate, qui est un herbicide (commercialisé par le malheureusement célèbre Monsanto)
Du lindane et du quintozène, qui sont des pesticides (d’ailleurs interdits en France depuis les années 2000). Mais encore… Des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), des phtalates
Ces substances ont des effets cancérogènes, mutagènes et/ou reprotoxiques (appelés effets CMR), qui sont démontrés ou considérées comme des perturbateurs endocriniens.

Les potentielles répercutions : Dysfonctionnement ovarien, fertilité diminuée, fausse couche, dérèglement hormonaux… Sans oublier le cancer.

Comment expliquer leur présence ?

La contamination des matières premières. par exemple l’emploi de pesticides pour traiter les champs de coton ou encore l’emploi d’agents nettoyants dans les usines le traitant.

La fabrication en elle-même, les agents chlorés qui sont utilisés dans le processus de blanchiment peuvent ainsi être à l’origine de la formation de dioxines et furanes. Pour les HAP, que l’on retrouve habituellement dans la fumée de cigarette et des moteurs diesel, les experts penchent pour l’idée d’une contamination par le mode d’assemblage ou de conditionnement à haute température.

Pourquoi sont-ils commercialisés ?

Actuellement, aucune réglementation spécifique n’est en place concernant les compositions, la fabrication ainsi que l’utilisation de protections intimes. Les exigences actuelles sont encadrées par la « Directive sur la sécurité générale des produits n°2001/95/CE ».
EN GROS : La même que la plupart des objets toute catégorie confondue !

N’ayant aucune obligation légale de mentionner la composition, les industriels ne le font simplement pas et se défendent que les composants considérés dangereux sont à l’état de traces ou indécelables… Cependant, tout dépend aussi des techniques utilisées pour la mesurer



L’aspect environnemental

Les (sur)consommation(s)

Revenons rapidement sur la fabrication de protections jetables et l’impact que cela peut avoir sur notre planète.

La consommation de ressources est astronomique ! Citons par exemple l’eau mais aussi l’électricité, qui sont omniprésents à tous les stades de fabrication. En effet, l’eau sert notamment à l‘irrigation des champs de coton, aux différents lavages (dont l’ajour du chlore ne l’oublions pas) ; tandis que l’électricité nécessaire pour le fonctionnement des automates et lignes de production industrielles

Revenons sur la production des matières premières , qui outre la consommation en ressource vue précédemment le coton, la création et/ou synthétisation des substances chimiques

BREF, tous ces processus industriels de fabrication ont un impact environnemental autant pour l’utilisation et/ou la transformation de matières premières (y compris produits chimiques polluants) que pour la consommation en ressources (électrique ou en eau).

Déchets générés

Même si, à mes yeux cela coule de source : les protections jetables génèrent des tonnes de déchets ! Et oui, celles-ci ne sont pas biodégradables et leurs compositions nécessitent de nombreux traitements afin de les détruire, leur recyclage étant logiquement compliqué.

Petit calcul rapide pour une seule femme :
Fréquence : 1 fois par mois donc 12 fois par an.
Durée cycle : 4 jours chaque mois (voire bien plus).
Changement : minimum 3 fois par jour
Nombre d’années : environ 40 ans.

TOTAL : 5760 protections jetables par femme durant sa vie.
C’est énorme !



Mon cheminement

Le changement n’a pas été évident dans le sens où il y a quelques années, les méthodes alternatives n’étaient pas encore très connues. Je partais un peu dans l’inconnu. Une chose était sûre pour moi : je ne souhaitais pas continuer avec du jetable.

J’ai commencé par la coupe menstruelle (ou plus familièrement la cup). Au fur et à mesure, le sujet m’intéressant beaucoup, je me suis d’avantage renseignée. Plus récemment, j’ai testé les culottes menstruelles (culottes de règles) qui sont des lingeries prévues pour absorber le flux de nos règles.

Actuellement, j’ai testé deux marques : Fempo et Réjeanne (qui m’ont servi pour l’illustration de l’article). Merci d’ailleurs à eux d’avoir eu la gentillesse d’accepter ma demande 🙂


Dans un prochain article, je vous parlerai plus particulièrement du concept des culottes lavables !

2 commentaires

  • Cam

    Super article avec des explications claires et concrètes. Perso j’utilise la cup mais depuis l’accouchement je suis obligée de mettre des serviettes et je me dis que deux culottes menstruelles m’auraient finalement bien plu. Du coup je vais songer à cela en fonction de comment seront les prochaines règles !!

  • Anaïs

    Coucou ma belle, depuis le début de mes règles à l’âge de 14 ans j’ai toujours fais des réactions allergiques aux serviettes hygiéniques. Je me suis toujours il y a que ça donc je dois faire avec jai déjà tellement de marques différentes mais toujours pareil.

    Depuis que tu as parlé de ces culottes, cest ma solution a mon problème tellement hate de passer Le Cap 🥰🥰

    Encore merci pour ce superbe article ❤

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *